ZAGLAB: le noyau de la R&D made in Chamonix

Depuis maintenant quelques années notre service R&D conçoit ses propres skis aux pieds des Grands Montets à Chamonix dans ce qu’on appelle le ZAG LAB. Nous allons dans cet article nous intéresser à cet atélier qui rend notre marque unique en termes de développement produit.

A notre échelle et pionnière en la matière, c’est en 2015 que nous ouvrons le ZAG LAB afin d’accroître notre efficacité dans le développement produit. Terminé le pro shop, place au concept store. Le principe? Permettre à chacun de donner un retour sur ses expériences, ses sensations afin de contribuer au développement des prochaines gammes et répondre encore mieux au slogan « Elevate Your Sensations ».

Alors concrètement comment ça marche ? Bastien, Directeur R&D nous en parle !

Portrait Bastien_Saillard.jpg

Bastien Saillard

Responsable de la R&D, j’imagine, je dessine et teste vos prochains skis. Eternel insatisfait, j’essaie constamment d’améliorer la performance, la légèreté, le fun et le confort de vos skis chaque année ! Quand je ne suis pas sur des protos, j’adore découvrir les forêts de Cham en S122 193 !

Le ZAG LAB qu'est ce que c'est exactement ?

« Le ZAG LAB c’est le nom de l’atelier de prototypage de ZAG. Au sein de celui-ci on y invente, conçoit et développe les futures gammes de ski de la marque. »

Pourquoi est-ce unique ?

« En soit de nombreuses marques de ski développent leurs skis mais là où cela diffère c’est que pour la taille de l’entreprise il est très rare qu’une entreprise puisse développer elle-même ses skis. La plupart du temps une marque comme nous va faire produire ses skis chez d’autres marques plus installées. L’inconvénient c’est que de cette manière-là ils n’ont pas la main sur la production du ski. Ils donnent un design et des cotes mais c’est tout ! Les moules restent ceux de la marque d’origine… Il est donc impossible d’innover !

Ici, installé aux pieds de la remontée mécanique des Grands-Montets, dès que nous fabriquons un prototype nous allons les tester. C’est un processus de développement très efficace qui nous permet d’être productif sur la fréquence test/production et ainsi être beaucoup plus rapide que les autres marques à lancer des innovations sur le marché !

On peut ainsi tester un maximum de prototypes dans un temps restreint et dans toutes les conditions !

Il nous faut en réalité très peu de temps pour modifier les paramètres d’un prototype qui nous gênerait (2 jours en moyenne). »

ZAG_LAB_prototypage_ski_1.jpg

Comment l’idée vous est-elle venue de faire ça ?

« Au début les usines n’étaient pas adaptées au prototypage. Ça nous prenait trop de temps dans les transports et les différents échanges nécessaires à la production d’un proto. De ce fait on ne pouvait pas se permettre de faire un développement à 100% de nos skis, on allait à l’essentiel. Les usines n’étaient pas intéressées par la recherche car c’est coûteux. Elles ne voulaient fonctionner qu’avec des prototypes définitifs. Désormais c’est nous qui faisons progresser l’usine et pas l’inverse ! Cela nous permet donc de réaliser un véritable développement sur le programme de nos skis et une maîtrise totale sur les caractéristiques de ceux-ci. »

Comment est-ce que ça a impacté votre manière de travailler ?

« Alors ça a énormément impacté notre travail ! Ça n’a plus rien à voir désormais ! Il y a une énorme différence par rapport à avant. Maintenant en une semaine tu peux tester différentes versions de prototypes, c’est très rapide et on peut aller beaucoup plus loin dans l’assemblage des matériaux. Les caractéristiques de shape peuvent être travaillées comme on le souhaite, c’est grâce à ce processus que l’on peut avoir des sensations uniques sur nos skis ! Nous sommes concepteurs de ski avant d’être juste des vendeurs. Cela nous permet dorénavant d’être à l’entière écoute des retours que nous avons sur nos skis et cela nous permet de les améliorer constamment ! »

« J’apprécie le fait que l’on puisse aisément rentre dans le ZAGLAB et discuter des prochaines nouveautés, l’équipe est à l’écoute et prends nos remarques en considération. »

Guillaume Pierrel, Guide de haute-montagne et ambassadeur ZAG

En pratique, comment procède-t-on ?

« Le projet d’un ski se divise en plusieurs temps. Tout d’abord nous sommes en relation avec le département marketing et commercial pour connaître la demande. De mon côté j’ai aussi tout un travail de sourcing et de veille pour voir ce qui se fait sur le marché, connaître les évolutions. Ensuite à partir de ces informations là je vais définir un shape et une construction pour un futur prototype. Je mets ensuite en forme mes idées sur CAO. J’organise une première version de prototypage où l'on fait la découpe des matériaux, leur assemblage et leur préparation en moules.

Vient ensuite alors le moulage et les étapes de finition. Une fois cette étape faite c’est la partie test qui débute, je vais skier avec les prototypes et grâce à mon expérience mais aussi celle des gens qui m’accompagnent j’arrive à voir ce qui va et ne va pas sur le prototype, ce qu’il faut modifier pour correspondre à l’idée initiale. C’est alors que je vais répéter l’opération de prototypage en R&D et les tests terrain pour ajuster le ski au cahier des charges et avoir un produit vraiment abouti ! " 

Marque-de-ski-haut-de-gamme-franc_aise-ZAG-Chamonix.jpg

Quels sont les avantages de fonctionner ainsi ?

« Disons que je retournerais la question comme : « Jusqu’à quel point êtes-vous capables de jouer sur l’évolution d’un ski ? ». A cette question je répondrais que grâce au ZAG LAB il m’est possible de gérer de A à Z tous les composants du ski, que ce soit le type de bois comme de résine et de fibres pour créer un ski performant et intuitif. »

 

Qu’est-ce qui te plaît le plus dans ce processus ?

« Ce qui me plaît le plus c’est vraiment tout ce travail à la recherche de la perfection ! »

 

Comment à l’avenir, avec la croissance de l’entreprise vous souhaitez procéder ?

« Il est évident qu’avec la croissance la marque le LAB doit s’agrandir car nous développons de plus en plus de skis et que pour avoir de la performance sur les produits il faut du matériel à la pointe ! »