pixel

Spots et voyages

RSS

Norvège

13/01/2010


La Norvège se décompose en 150 000 îles et ilots et s’étire sur près de 2000 km du cap nord à l’archipel de Mandal, véritable muraille entre l’Atlantique et le reste de la Scandinavie.
Les ¾ de la Norvège sont occupés par les montagnes dont une centaine de sommets dépasse 1500m d’altitude.

La Norvège est aujourd’hui très riche grâce au miracle de l’or noir provenant de la mer de Barents. Elle est le second exportateur mondial de pétrole derrière l’Arabie Saoudite.
La Norvège c’est aussi le berceau du ski, où ses habitants pratiquaient déjà une forme de ski dès 2500 ans avant J-C, des gravures rupestres et des fragments de skis découverts dans les marécages sur l’île de Rödöy l’attestent.
C’est à la langue Norvégienne que l’on doit le nom de ski qui signifie « bûche », référence aux deux planches taillées à la hache dans les troncs.
C’est encore à un Norvégien que l’on doit l’essor du ski contemporain : Sondre Norheim invente en 1868 une fixation en fines branches de sauls qui lui permet de fixer son pied directement sur le ski et un virage novateur : le Télémark.
Nous voilà donc partis au pays des aurores boréales, des trolls, des glaciers immenses et surtout des fjords profonds où nous allons naviguer durant une semaine à bord d’un bateau l’Isbjorn II.
Dès le lendemain, en avant pour des randonnées de 5 à 7 heures dans les Alpes de Lyngen qui culminent à 1853m.
Départ du bateau vers 8 heures en Zodiac pour accostage (un peu folklorique quand il y a des vagues !) sur la plage. Retour vers 15h, douche, goûter, repos puis dîner.
L’altitude n’étant jamais très élevée, les randonnées ne sont jamais épuisantes, les paysages d’une beauté à couper le souffle. Vous êtes seul au monde, poudreuse d’une belle qualité et le plaisir incroyable de déchausser vos skis sur la plage avec le bateau qui vous attend à quelques encablures.
La Norvège, un must pour les passionnés de randonnées à peaux de phoques mais attention avec de très bons copains car la promiscuité du bateau est réelle.
 

 
Retour